Smashed - Gandini juggling

Publié le par S.B

27 octobre - Festival Circa - Auch
 
medium 
 
Smashed est une pièce  de jonglage théâtral dansé espiègle qui cite de façon décomplexée Pina Bausch. Nous retrouvons ainsi dès le départ son univers musical teinté de nostalgie et cette marche scandée si marquée et identifiable , buste face au public, figures souriantes invitant les spectateurs immédiatement au dialogue, comme si le quatrième mur permettait une connivence intime et libre.
La scène n'est pas tout à fait celle des pièces de Pina Bausch, les interprètes jonglent.
Ils jonglent, jouent, dansent. Ils se présentent comme autant d'individualités prêtent à user de leur charme, de leur excentricité toute britannique, de références cuturelles, qu'elles soient artistiques ou sociales. Ils avancent au fil des saynètes, dans une jubilation féroce, sans toutefois aller jusqu'à la cruauté qu'on pouvait retrouver dans les pièces de la chorégraphe (je pense notamment à leur transposition d'une des scènes emblématiques de Kontakthof).
Ils compensent par l'énergie et le mouvement, une danse bavarde de moins en moins ordonnée pour finir en explosion hystérique.
Le jonglage est un jonglage d'individualités, une extension de corps très mobiles et caractérisés. La focalisation est ainsi portée sur le jeu d'acteurs dont l'agilité du jongleur est un faire-valoir. La prise d'espace est avant tout dansée, dictée par la musique et dictée par les corps.
Ils gardent une certaine légèreté jusqu'au bout, jusqu'au traitement de l'explosion finale, jusqu'à la consommation définitive du fruit biblique. Ils préfèrent ainsi une forme de générosité joyeuse au détriment peut-être de ce qui pourrait être douloureux, que ce soit dans la dureté des rapports humains ou leur simple ineptie.
Ils laissent cette part obscure de la comédie humaine à la grande chorégraphe dont ils se sont inspirés pour finir dans l'éclat d'un rire inoffensif.
 
Conception : Sean Gandini et Kati Ylä-Hokkala
Interprétation :   Sean Gandini, Kati Ylä-Hokkala, Jon Udri, Malte Steinmetz, Niels Seidel, Kim Huynh, Inaki Sastre, Owen Reynolds, Sakari Mannistö
Crédit photo : Ludovic des Cognets
 
 
 
 
 
 
 

Publié dans Cirque

Commenter cet article